samedi 23 août 2014

Les achats compulsifs, on en parle?

Dressing de la blogueuse Song of Style

Aujourd'hui, on parle d'un sujet un peu grave. Les achats compulsifs, "les vrais". Comment savoir si on est acheteuse compulsive? Quelle est la limite entre acheter de façon "normale" et de façon "compulsive"?

Être acheteuse compulsive, c'est différent de faire un achat impulsif. C'est une question de fréquence et de place des achats dans sa vie (en termes de temps, de budget). Faire de grosses dépenses et se faire plaisir n'est pas nécessairement signe d'un problème d'achats!






Comment définir si on est acheteuse compulsive?


  • L'acte d'achat vous rend dingue
Dès que vous voyez des vitrines, vous ralentissez. Vous êtes à fond sur les mails promotionnels. Vous avez du mal à résister à entrer dans un magasin où quelque chose vous plaît. Quand vous passez en caisse, vous êtes tendue, mais pas d'une manière négative, vous êtes euphorique.

  • Même si vous avez une liste, vous achetez "n'importe quoi"
Vous avez besoin d'un slim noir, vous le savez! Pourtant, vous rentrez chez vous avec une blouse, deux paires de chaussures, et un nouveau manteau. Pas trace d'un pantalon noir. Ça peut arriver (on ne trouve pas toujours ce qu'on cherche, on peut avoir des coups de cœur) mais si vous voyez souvent cette situation se produire, c'est mauvais signe.

  • Vous vous sentez coupable
Ça peut arriver chez des acheteuses non compulsives qui ont parfois du mal à se faire plaisir, c'est une question d'estime de soi et d'accepter de s'offrir des choses sans utilité ;-). Par contre, chez l'acheteuse compulsive, c'est que les conséquences du comportement d'achat sont difficiles à accepter. Une fois la réalité du compte en banque en face, ou la solitude face à l'incompréhension des proches, c'est le malaise.

  • Vous aimez acheter, mais pas forcément posséder
C'est-à-dire que ce qui vous plaît le plus dans le shopping, c'est l'acte d'acheter, de sortir la carte bleue. Vous vous sentez peut-être plus riche, plus jolie, plus forte au moment de payer?
Par contre, le lendemain, l'euphorie est passée, le plaisir d'avoir le(s) nouveau(x) vêtement(s) n'est plus là.

  • Vous entassez les "objets du délit"
Votre placard renferme plusieurs articles neufs, jamais portés, voire encore étiquetés. Vous avez des doublons, voire pire. Vous portez parfois le nouvel achat le lendemain, puis vous l'oubliez au fond de votre penderie. Quand vous avez besoin de place et d'argent, vous faites du tri, et les 2/3 de votre vide-dressing ce sont des "comme neuf", "porté une fois", "pas ma taille".

  • Vous bloquez sur des articles
Vous avez repéré une petite veste. Tant que vous ne l'achetez pas, vous savez que vous ne serez pas tranquille. Vous allez y penser souvent. Le matin en vous habillant, rien à vous mettre, c'est certain: si vous aviez cette veste, tout irait mieux, vous trouveriez la tenue parfaite. Vous êtes obsédée par cette veste, et ça vous rend la vie difficile, vous êtes limite irritable. La seule façon de cesser d'y penser c'est de céder et de procéder à l'achat.

  • Le shopping tient une grande place dans votre vie
Et parfois un peu trop. Ça prend du temps, beaucoup de temps. Il vous arrive peut-être d'être en retard à cause d'un long passage en caisse. Vous courrez après le boulot pour attraper la dernière chemise Zara avant la fermeture. Vous pensez souvent à ce que vous avez vu, repéré, vous faites des listes (que vous ne tiendrez pas), vous imaginez le moment où vous pourrez aller en magasin, ce que vous allez essayer. Vous regardez l'heure: ah déjà?!!

  • Vous avez du mal à vous empêcher d'acheter
Vous pourriez ne pas acheter ce tee-shirt, mais pourquoi ne pas le faire? Vous pourriez laisser ce sac en boutique, mais bon au point où vous en êtes... Comme pour la bière et les clopes, "j'arrête quand je veux". Ou pas! Quand avez-vous résisté à un achat? Avez-vous acheté autre chose en vous disant "oui mais j'ai résisté à ça", c'est-à-dire en compensation? Vous pensez que quand vous achetez un article à 90€ -50%, vous avez "gagné 45€" (que vous avez donc le droit de dépenser) ? Vous savez intérieurement que rationnellement, ça ne tient pas. Mais ce sont de bonnes excuses et justifications...

  • Vous mentez
Vous cachez des achats à vos proches, vous enjolivez les choses, vous justifiez vos craquages : "c'était le dernier", "j'en avais besoin pour la réunion de demain", "j'ai pas de ballerines rouges"... Les prix changent: le blazer à 49,99€ passe à 40€; votre nouveau sac était incroyablement en soldes (payé plein pot mais bon, il ne faut pas le dire, le prix est indécent). Vous mentez si bien que vous vous mentez à vous même parfois, vous ne vous souvenez pas des prix exacts et quand vous voyez votre relevé de compte, il est plein de surprises!

  • Vous faites plus de shopping quand vous n'avez pas le moral
Quand on a pas le moral, on a pas vraiment le cœur à se faire plaisir. Mais si vous êtes acheteuse compulsive, vous chercherez à échapper à vos soucis et à votre moral en berne, dans le shopping. Vous oubliez le monde autour, tout ce qui compte c'est les vêtements, acheter, essayer, posséder. Mais au final, vous savez que cela n'arrangera rien et que vous vous sentirez malgré tout coupable (et vous n'aurez résolu aucun de vos problèmes).

  • Vous commencez à ressentir les conséquences sur votre vie perso et vos finances
Petit à petit, vous perdez le contrôle sur votre budget et la portion dédiée au shopping grossit. Avec tout le temps consacré au shopping, vous délaissez vos amis et votre vie amoureuse, malgré des avertissements de leur part. Votre banquier vous appelle tous les jours et votre découvert autorisé est utilisé tous les mois (vous croulez sous les frais bancaires, qui ne vous aident pas d'ailleurs).







Vous vous reconnaissez dans ce portrait (peu flatteur, voyons les choses en face)? Pas de panique, tout se guérit ;-) avant d'être fichée à la Banque de France, agissez!



***



Quelques clés pour essayer de s'en sortir... en douceur


  • Payez vos achats en liquide
Vous savez que vous aurez du mal à vous priver complètement d'acheter, alors retirez une somme donnée pour la semaine/la quinzaine et vous laissez la CB à la maison. Vous verrez l'argent littéralement vous filer entre les doigts et vous vous rendrez compte combien ça peut partir vite... 29,95€, 79,95€, et 19,95€, c'est déjà 130€ en fait!

  • Devenez difficile
Suivez donc mon guide: comment attendre et acheter intelligent ? Vous apprendrez à ne pas acheter "de suite" et surtout à vous passer de la moitié de vos repérages tellement la fast-fashion nous inonde de vêtements de piètre qualité et coupe... Et nous donne des envies beaucoup trop passagères!

  • Prenez soin de vous
Transférez une partie de votre budget "fringues" en budget "soins". Vous verrez combien vous vous sentirez mieux dans vos baskets et forcément, mieux dans vos vêtements. C'est la voie de la sagesse du style ;-))

  • Triez votre dressing
J'écrirai prochainement un article pour vous aider à trier votre placard. Faites le point dans votre placard, débarrassez-vous de vos erreurs d'achat (vous aussi, attachez vous à les comprendre!), rangez vos vêtements par type, couleur, sur de jolis cintres... Admirez le résultat, faites une liste de ce qui est à vendre avec les prix d'achat et faites le total. Frissons garantis!


***


Besoin de plus?

Malgré vos efforts pour vous en sortir, vous n'y arrivez pas. Vous êtes à découvert tout le temps et vous songez à louer un box pour stocker vos affaires en surplus. Des solutions existent! A court terme, les TCC (thérapie cognitivo-comportementales) vous aident à modifier vos schémas de pensée qui conduisent à des achats compulsifs. Les résultats sont très rapides. A long terme, une psychothérapie vous aidera à trouver la source de ce souci et à mettre en mots votre difficulté à gérer la frustration (car nous savons bien que ça dépasse souvent la mode!). Des groupes de parole existent (les Débiteurs Anonymes par exemple) pour celles qui ont des problèmes d'argent. Vous pouvez appeler le CMP (Centre Médico-Psychologique) de votre secteur directement, ils auront les contacts appropriés et sauront vous renseigner!


***


Vous êtes-vous reconnue dans ce portrait? Avez-vous déjà eu à gérer des achats compulsifs dans votre vie? Comment s'en sortir?

2 commentaires:

  1. Feather du Front Row23 août 2014 à 12:25

    Bon bah je suis une acheteuse compulsive, c'est clair ( mais en même temps je le savais au fond de moi ). J'adore acheter et c'est " juste " ça qui me satisfait en fait. Le pire, c'est que je le sais au fond de moi car comme tu le dis dans ton article, on se sent coupable lorsque l'on arrive chez soi et la satisfaction de l'achat n'est déjà plus là ! Mais je crois que j'ai déjà progressé rien que ce mois-ci, tout simplement parce qu'il me reste des sous. D'habitude, JE DOIS tout dépenser. C'est plus fort que moi ! Je crois que je suis en pleine psychanalyse avec ton blog ! ^^ Merci encore pour cet article !

    PS : finalement je ne vais pas prendre la chemise Zara, je finis toujours par regretter mes achats dans cette enseigne, ça fera toujours ça d'économiser ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tout à fait ce que tu veux dire, j'ai été acheteuse compulsive et aujourd'hui je lutte encore ;-). L'impression au début du mois que le salaire est un "budget à dépenser" et le découpage selon les futurs craquages... Qui au final ne sont pas tous forcément portés (ou une fois, ça déculpabilise). Essaie les petits "trucs" dont je parle, déjà faire le total de ce que tu as à vendre (d'un côté: prix d'achat et total, et de l'autre: prix que tu en auras en les vendant, et total). Ça fout un coup! Ensuite, retirer des sous et n'acheter qu'en boutique : ça force à essayer, à réfléchir, à toucher/voir en vrai (contrairement aux craquages internet, tard le soir... Rhalala). Avec le temps, on y arrive!
      Bien pour la chemise Zara, tu es raisonnable! :-)

      Supprimer